arbustes du jardin de La Rose Verte

les oiseaux du jardin

mardi 3 septembre 2013

Tournant

Depuis plusieurs mois déjà et bien qu'il progresse bien, je ne me sens plus très à l'aise dans mon jardin.
Ampleur de la tâche, simple lassitude face à un loisir qui est devenu progressivement une obligation et bien d'autres raisons dont je ne parlerai pas.
Ici, je ne parle et ne parlerai jamais que de mes relations avec les végétaux que je cultive, elles sont bien sûr soumises à bien des facteurs extérieurs à cette dualité, qui l'ont je crois progressivement dégradée.
Je continue à jardiner durant de longues heures, mais elles me pèsent, l'enthousiasme est retombé,  brutalement.
Trop de contraintes de création, trop de limites, je suis fille de liberté.
Je ne sais trop où tout cela va me conduire, enfin nous conduire, le jardin et moi.
Pour l'instant, j'aboutis soigneusement chaque emplacement mis en route, il y a plus de dix ans.
Le jardin est trop grand et trop planté pour que je puisse arriver seule à le gérer et j'ai une aide précieuse et effective. Les choses avancent et il commence à ne s'agir que d'entretien.
C'est un stade qui dans les autres jardins que j'ai créés, intervenait au bout de cinq ans environ, mais ils étaient beaucoup plus petits et le climat beaucoup plus clément.
Ici jardiner veut dire lutte permanente contre la sécheresse, la chaleur, le vent, tout ici est extrème.
Je suis en passe de gagner mais bizarrement cela ne me satisfait pas. Je connais cette lassitude du presque achevé, elle m'est coutumière mais cette fois-ci prend une telle proportion que je m'interroge sur le bien-fondé d'achever justement...pourquoi ne pas le laisser à d'autres.
Partout où je me suis établie, et j'ai beaucoup circulé, j'ai créé un jardin...Ils ne m'ont jamais retenue, j'ai aimé les transmettre ou les rendre à eux-mêmes.
Je nous donne à lui et à moi, une ou deux saisons de plus...
Ceci écrit, il y a de belles réalisations au jardin et des végétaux en splendeur...autant les partager.
Voyage sous les tropiques pour ce matin...un massif s'aboutit...
 Massif des Tropicales, créé derrière un abri de jardin à peine terminé, il avance doucement autant par son contenu que par son environnement depuis que je travaille au jardin.
 D'est en ouest, des papyrus aux bambous géants qui montent très doucement , ils en sont à un peu plus de 4 mètres, je les arrose très peu.


 Les cannas sont là depuis longtemps, ils sont nombreux et valent pour leurs fleurs comme ici ou leur feuillage que nous découvrirons une autre fois.

 Une des dernières arrivées, elle n'a que deux ans et grâce à l'hiver doux, c'est bien installée, la Cuphea 'Torpedo'.
Il fleurit le premier, dès début juillet et prend doucement de l'ampleur, le gracieux Caesalpinia gilliesii

Voilà pour le piquant demain la grâce et le spectacle!

(N'oubliez pas de cliquer sur les photos pour les voir en plus grand.)

7 commentaires:

  1. Oh que ça me fait plaisir de redécouvrir tes posts.
    Mais dans quelles régions as tu eu la chance de te poser ?
    Aaaaah ce sentiment de voir le verre à moitié vide alors que le nectar qu'il comporte est tellement bon.
    Rome ne s'est pas fait en un jour, un jardin encore moins ... il n'est jamais fini ... il évolue avec nous, et rarement à la vitesse désirée mais bon est ce que ce serait aussi passionnant si c'était le cas ?

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai, parfois on est las devant l'ampleur de la tache mais moi, comme j'ai un caractère optimiste et enthousiaste, cela ne dure jamais longtemps !
    Tu as de jolies fleurs, tu as fait de belles réalisations, bien sur il y a le climat, le vent mais il y a aussi surement des plantes adaptées à ces conditions qui ne demandent pas trop d'entretien.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  3. Merci de vos commentaires, de vos points de vue qui me sont si précieux...c'est que chaque jardinier ne voit toujours que ce qui ne va pas dans son jardin et je jardine en solitaire...il me manque souvent des points de vues extérieurs. Je n'ai pas jeté l'éponge...loin de là...mais je rumine dans le coin du ring...je me suis pris quelques crochets du gauche qui m'ont donné à penser! A bientôt, bonne soirée à vous deux!

    RépondreSupprimer
  4. Le jardin est fait de joies et de déceptions, c'est normal. Parfois, il nous arrive aussi de ne voir que les aspects négatifs sans ne plus se rendre compte du petit paradis que nous avons créé. Jardiner doit rester un plaisir ! Il faut sans cesse se raisonner pour ne pas tomber dans l'excès ! Dure limite. Ceci dit, on sent respirer au travers de vos photos toute la passion qui vous habite encore !

    RépondreSupprimer
  5. Bienvenue au jardin de La Rose Verte, Bruno et merci de ton commentaire, entre jardiniers on peut bien se tutoyer! Il est sûr que mon jardin ne me laisse pas indifférente...pas encore...il est certain aussi que nombre de végétaux sont loin d'être décevants, c'est un ensemble...Je referai le point au printemps prochain, j'y verrai plus clair. Merci de votre intérêt! Très bonne journée!

    RépondreSupprimer
  6. Moi, au travers de tes photos et commentaires, je vois ton jardin comme un théâtre de verdure dont tu es le metteur en scène,et j'ai toujours beaucoup de plaisir à regarder(sans avoir l'oeil critique).Mais comme bien des jardiniers, tu as du mal à te satisfaire du travail fournit(je sais de quoi je parle) et pourtant, ce jardin est une jolie réussite,et puis ,c'est TON jardin!
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  7. Ce n'est pas MON jardin mais NOTRE jardin, l'autre jardinier est bizarrement plus enthousiaste en ce moment...Enfin, il faut attendre un peu et voir...le temps est vital dans la construction d'un jardin!
    Heureuse de te lire, bisous!

    RépondreSupprimer